Accueil » Thématique » Culture » Même les sculpteurs grecs avaient parfois la flemme

Même les sculpteurs grecs avaient parfois la flemme

par

Aujourd’hui, nous allons rembobiner le temps jusqu’à la Grèce antique pour parler flemme. Ls sculpteurs grecques, qu’on considère comme des génies (à juste titre) étaient aussi comme nous. Ils subissaient parfois une crise de procrastination et « bâclaient » les finitions. Tout ça, alors qu’ils n’avaient même pas l’excuse d’une série Netflix à continuer ou d’un feed Instagram à scroller !

Si je vous dit « Art & Antiquité », il y a de fortes chances que vous pensiez « statues de marbre ». En effet, la sculpture est probablement l’aspect le plus connu de l’art grec antique. Ces statues sont connues pour leur élégance et leur réalisme dans la représentation du corps humain. Les grecs semblent porter une attention méticuleuse à chaque détail. Tant et si bien que leur travail a servi de référence aux sculpteurs du monde occidental de la Renaissance jusqu’au début du 20e siècle !

Des traces d’outils sur les côtés non visibles des statues

Cependant, certaines statues révèlent des finitions un peu « négligées ». Il s »agit souvent de parties dissimulées à la vue des observateurs dans leur emplacement d’origine. Un peu comme quand on se dit « C’est bon, ce côté, on le verra pas, pas besoin de le peindre« . On y trouve :

  • des marques de ciseau,
  • des traces d’outils,
  • des lignes de délimitation,

que le sculpteur ne s’est pas donné la peine de corriger ou de polir.

L’exemple sur la statue de la Victoire de Samothrace

Prenons pour exemple la statue de la Victoire de Samothrace. C’est certainement l’une des sculptures les plus célèbres de l’art antique. Cette statue en marbre est actuellement exposée au Musée du Louvre à Paris. Bref, un chef d’œuvre !

Et bien figurez-vous qu’en y regardant de près, vous pourrez voir que si le pan de drapé de la robe, s’envolant vers le haut, sur la partie gauche est magnifiquement sculpté et parfaitement polie, le sculpteur ne s’est pas donné la peine de soigner le côté droit. Il a uniquement travaillé à la pointe et on peut encore y voir les marques de son outil. Il ne s’agit donc que d’un travail de dégrossissage. Pourquoi ? Tout simplement car la statue était placée en 3/4 droit dans le Sanctuaire des Dieux de Samothrace. Cette partie n’était donc pas visible. Le sculpteur n’a pas jugé bon de s’embêter à prendre le temps d’en finaliser les détails.

Alors, la prochaine fois que vous visiterez un musée rempli de ces chefs-d’œuvre, cherchez ces finitions sur les statues et rappelez-vous que derrière chaque oeuvre d’art se cache une histoire et une personne créative qui parfois, tout comme vous, avaient la flemme de faire les finitions. Ça fait bien relativiser !

Les différentes phases d’un projet créatif

Vous manquez de motivation et votre tricot commencé il y a 3 mois prend la poussière. Pas de panique, c’est normal !

Quand on commence un projet créatif, c’est un peu le feu d’artifice : tout est nouveau, excitant, et on a envie de tout donner. Mais au fur et à mesure que le temps passe, la passion s’érode et la procrastination s’installe. Peut-être rencontrez-vous des difficultés inattendues ? le résultat n’est pas à la hauteur de ce que vous imaginiez ?

Voici quelques conseils pour éviter de tout laisser tomber :

Commencer par des projets rapides et passez petit à petit au niveau suivant : nous, les êtres humains, avons une petite manie à nous focaliser sur les échecs plutôt qu’aux succès. Pour maintenir une motivation au top, démarrez par un « petit succès rapide » qui vous donnera la confiance de passer au niveau 2 sans abandonner.

Voyez la difficulté comme une occasion d’apprendre : alors oui, vous en bavez peut-être sur ce projet mais maintenant vous saurez tricoter des torsades, coudre une fermeture éclair ou configurer cette machine de découpe.

Autorisez-vous des mini-récompenses intermédiaires : outre la réalisation de votre projet créatif, prévoyez des petites récompenses intermédiaires : allez, encore trois rangs et je vais me chercher ce carré de chocolat et dès que j’ai fini la manche, je m’autorise un épisode de ma série préférée.

Et si jamais la motivation reste dans vos chaussettes, octroyez-vous des pauses. C’est parfois tout ce dont vous avez besoin ! Le processus créatif est rarement un long fleuve tranquille. La situation est peut-être passagère. Commencez par prendre un jour ou deux (ou même une semaine s’il le faut) pour prendre soin de vous et refaire le plein d’énergie sans culpabiliser de délaisser votre projet.

Lire aussi

Voir aussi tout nos articles Culture créative.

,

Partager cet article

Les derniers articles

A lire aussi …