Accueil » Actus » Les paillettes interdites, vive les paillettes biodégradables !

Les paillettes interdites, vive les paillettes biodégradables !

par

Person Catching Glitters

Tu les adores ou les détestes, mais quelque soit ton camp, tu seras d’accord : il est absolument impossible de se débarrasser totalement de la paillette. L’alliée du Nouvel An et des anniversaires licornes a en effet cette fâcheuse manie de s’étaler et de ne plus te lâcher. Elle colle aux mains, à la joue, au plan de travail et malgré un bon nettoyage, tu en retrouveras toujours quelque part. C’est quasi impossible de s’en débarrasser et c’est bien là le problème ! Depuis le 15 octobre 2023, l’Union européenne a donc décidé d’interdire la vente de « paillettes libres ». On t’explique tout ça et on te donne des alternatives écolos pour continuer à faire scintiller ta vie !

C’est quoi le problème avec la paillette ?

Le problème est méga simple : la paillette est en plastique ! Et de la pire catégorie : c’est un microplastique, voir un nanoplastique. Sa petite taille (moins de 5mm) et sa composition1 lui permet de s’infiltrer partout et d’y rester pendant des centaines d’années (voir des milliers). Elle passe à travers les filtres des stations d’épuration et se retrouve dans l’environnement. Il y en a partout : dans les cours d’eau, dans l’océan, les terres agricoles et même dans nos assiettes (une étude2 en a trouvé dans le sel de table).

Avec cette nouvelle règlementation, l’Union européenne espère empêcher le rejet d’environ un demi-million de tonnes de microplastiques dans l’environnement. Pour l’instant, seules les paillettes en plastique vendues libres sont concernées mais les fabriquants de produits cosmétiques glitter et autres produits pailletés devront aussi s’adapter dans un délai de 4 à 12 ans.

person showing hands with glitters
rrrrrr

Les alternatives scintillantes

Cette nouvelle réglementation ne signifie pas que nous devons passer à un monde sans paillettes mais plutôt à un monde où elles ne sont pas faites de plastique. Bonne nouvelle : des alternatives existent déjà pour continuer à briller. Au lieu du plastique, ces « paillettes » écolos utilisent des minerai, du verre, du métal ou des plastiques organiques et biodégradables (à base de plantes).

3 solutions concrètes
pour briller sans polluer

Les bio-paillettes ou paillettes biodégradables

En France, Sisi la paillette propose une gamme « Pure » 100% sans plastique. Fabriquées à base de plantes et certifiées Bioglitter©, ces paillettes achèvent la majeure partie de leur dégradation en moins de 2 mois, contre des centaines d’années pour les paillettes standard. Elles sont disponibles dans différentes tailles et couleurs.

Compte 5€ pour 5ml environ.

Les micas

Le mica est un pigment minéral déjà couramment utilisé dans le maquillage pour son effet pailleté. Non-toxique, il existe à l’état naturel. Pour un produit écologique ET éthique, vérifie que le travail d’enfants n’est pas impliqué dans l’extraction des micas (cela semble être le cas de ceux d’Aroma-zone en lien ici3) ou opte pour un mica extrait en Europe ou synthétique.

A partir de 2-3€ pour 10 g

La version DIY & comestible

Créer des paillettes maison, c’est aussi possible et c’est une solution économique et simple.
Pour des petites paillettes, mélange 50g de sel, sable ou sucre avec 5 gouttes de colorants alimentaires. Laisse sécher toute une journée avant d’utiliser (ou passe 10 minutes au four à 180°C). Pour réaliser des flocons, mélange de la fécule de maïs, de l’eau et du colorant alimentaire en poudre. On a même trouvé une vidéo pour te montrer comment faire.

  1. Les paillettes classiques sont souvent fabriquées à base de PET, PVC ou polyester, des matériaux insolubles et résistants à la dégradation pendant des centaines d’années ↩︎
  2. Source : France Info : Sel, mollusques, crustacés… Ils n’échappent pas aux plastiques, alerte le magazine « Que Choisir » ↩︎
  3. Source : Dans son centre d’aide, le site Aroma-zone déclare « Nos fournisseurs de micas nous garantissent que les micas naturels utilisés ne sont pas extraits par des enfants et qu’aucun enfant ne travaille à la production de ces micas. Ils vérifient régulièrement l’application de cet engagement. » ↩︎

Partager cet article

Les derniers articles

A lire aussi …